Home / BLOG / Les grandes questions / Le syndrome de la chaussette orpheline I

Le syndrome de la chaussette orpheline I

Cette fois c’est décidé, je ne peux plus supporter ça, il est temps d’agir.
Encore une, là, seule, devant moi. Quelle tristesse ! Quelle cruauté !
Mais où est donc passée sa soeur jumelle ? Elles étaient pourtant si heureuses…

Tout de suite après leur conception elles ont été réunies, l’une contre l’autre bien alignées.
Stockées, transportées et rangées parmi leurs collègues au rayon homme.

Puis un jour ma main les choisi (pour elle ce fut comme la main de Dieu). Ce jour là, c’était bien elles les élues.

Enfin leur vie allait avoir un sens –quelques fois le mauvais sens, mais ça bon, on y peut pas grand chose, il y a des matins comme ça– elles étaient nées pour ça, l’une comme l’autre. Quelques fois à droite, quelques fois à gauche, c’était imprévisible, quel suspens, quelle vie mouvementée !

Bon, il y avait les odeurs, mais ça valait bien le coup d’attendre un peu, de supporter, parce que bientôt viendrait le carrousel !

Ahhh, le carrousel. Ce qu’elles pouvaient rires dans ces tourbillons d’eau mousseuse, séparées quelques instants puis à nouveau ensembles. Quel bal !

Et lorsque cela s’arrêtait, fatiguées, épuisées de rire, elles pouvaient se reposer en trois étapes plutôt agréables.
Suspendues l’une prêt de l’autre, elles attendaient patiemment l’instant des retrouvailles. Mais avant ça, encore quelques bonnes sensations sous le fer chaud avant de retrouver leur place parmi leurs amies, à la maison, dans l’armoire…
Puis le cycle reprenait. Quelle vie, quel bonheur ! Cela aurait été parfait si…

Si le syndrome de la chaussette orpheline n’existait pas ! Brrrrrrrr…

Et oui, ce matin, je l’ai retrouvée seule au milieu du linge froissé…
Pas moyen de retrouver sa soeur, comme d’habitude, volatilisée !?

Phénomène inexplicable : la chaussette qui disparaît !?

Je ne vois que deux possibilités :
1) Soit les machines à laver le linge ne sont pas si machines que ça… On nous cache quelque chose… Elles sont bien vivantes… Au fait, elles se nourrissent de linges… Leur préférences va aux chaussettes… Et quelques fois elles sont repues avant d’avoir mangé la paire ! Non ?

2) Il existe sur cette terre un dangereux psychopathe qui de puis la nuit des temps (disons plutôt depuis l’invention de la machine à laver) s’empare, s’approprie cette malheureuse et la fait disparaître à tout jamais, car tout le monde sait que l’on à jamais pu reformer la paire après le malheureux constat du syndrome de la chaussette orpheline…

C’est pourquoi, moi, Deblog 1er, je déclare qu’aujourd’hui même, je décide d’ouvrir le premier orphelinat pour chaussettes orphelines et m’engage à recueillir toutes les chaussettes orphelines du monde (lavées s’il vous plaît, merci).

A partir de cette affaire malheureuse et déplorable, je vais redonner une seconde vie à ces tristes ésseulées en ouvrant le premier shop de chaussettes disparates et par la même occasion lancer la nouvelle mode qui va bouleverser la face du monde :

“Porter des chaussettes disparates” ! (Riche, riche, je vais devenir riche… D’ailleurs j’en profite pour déposer un droit, un droit d’auteur, d’inventions, label swissmade, corporate, AOC, reservate for me, dont tuch, quality not copiable 2006. Voilà, je suis tranquille)… + brevet… NA.

Depuis ce jour plus qu’une seule chaussette à la fois est orpheline…?

— Eh ben oui, si l’on prend en considération que sur trois milliards de chinois, mettons qu’ils y’en a un sur six qui a au moins trois paires de chaussettes, alors que les occidentaux on en au moins trois douzaines par famille, tout ceci sans oublier que les pygmées n’en porte pas… Nous sommes donc à… à…
Si je me compte… à 12’533’287’932 paires de chaussettes. Donc si j’en perds une il en reste 12’533’287’931, ceci nous fait donc…
Une orpheline.
Si j’en perd deux il n’en reste plus que… plus que… ? Aller, aller un petit effort… 12’533’287’930 bien sur, ce qui nous fait zéro orpheline ! Eh ben oui.
Et si j’en perds 17 ? C’est, c’est…? Et bien, c’est que je suis un occidental :) Arf, arf, arf…
Plaisanterie mise à part… -17, ça fait ?… ça fait…? Eh ben oui, 12’533’287’913, ce qui nous fait…
UNE SEULE ORPHELINE !
Et si un chinois en perd une, hein, ben alors quoi ? On fait… On fait quoi ? Une paire disparate bien sur !
PLUS D’ORPHELINE !
Armed Ben Said de Marakesh en perd une…
UNE SEULE ORPHELINE !
Himel Von Britchi de Bunplitz-les-Bains en perd une…
On reforme une paire disparate avec celle d’Armed…
PLUS D’ORPHELINE !
Da, dam, N’est ce pas miraculeux.–

Cette brève parenthèse refermée, vous constatez que nous vivons la fin d’une histoire et que plus jamais la tristesse n’envahira nos ménages, ni nos méninges, fini tout ce manège, Manon… Mmmh, mmmmh….mmmmh….. Miaoooow… Mais quelles sont donc ces chats qui miaulent sur nos steak…

DA, DAM, Zoing, Pouet ! Clap, clap, clap ! Braaaaavo !

Je vous en prie un peu de tenue. Parfaitement ridicule, pfff, deux chaussettes d’odeurs différentes, arf, vous n’y pensez même pas…

Pour l’envoi de vos orphelines :
SAPUE SA
Ouchy, Les mouettes
Lausanne
(Société Anonyme Pour ‘Une chaussette qui fut abandonnée un soir de pleine lunE‘).

Déposez le colis sur le quai (on s’en occupe).

[Suite : Le syndrome de la chaussette orpheline II]

About ab

Check Also

Euro 2008: techniques de jeux ?

Je ne suis pas un passionné de foot, mais j’aime jouer de temps en temps …

9 comments

  1. J’ai versé une larme (de rire) à la lecture du “syndrome de la chaussette orpheline”.

    Personnellement, je les garde quelques temps dans l’espoir de retrouver leur alter égo. En vain la plupart du temps. Alors je finis par m’en séparer.
    Même lors de déménagement, je ne les ai jamais retrouvées.

    J’ai bien noté l’adresse où les envoyer.

    Ciao, t’en as d’autres comme ça ?

  2. la vérité est ailleurs…

  3. Mes respects, ta majesté Deblog 1er ;-),

    J’ai deux nouvelles. Une mauvaise et une mauvaise. Par laquelle je commence ?

    La première : l’esprit klepto a encore frappé dans mon lave-linge. Bilan du week-end, une chaussette portée disparue.

    (quand j’ai ouvert le hublot j’ai pensé à toi, et c’est la première fois que je souris en étendant une chaussette solitaire)

    Help Néo, y’a l’agent Smith qui veut me piquer mes chaussettes…

    La deuxième : je n’ai toujours pas trouvé la vérité. Normal puisqu’elle est ailleurs. Oui mais où me demande-tu ? Ben … ailleurs.

    Partant de ce constat, j’émets une hypothèse : si la vérité est toujours ailleurs, peut-on en déduire qu’elle est nulle part ???

    Mais comment me direz-vous, on m’aurait mentit… la vérité ne serait qu’un leurre pour nous faire avancer ? une carotte pendue au bout d’une corde elle-même accrochée à un bâton, et nous serions des ânes ???

    En y regardant de plus près, et de plus loin, c’est tout à fait plausible (que la vérité n’existe pas … et que nous soyons des ânes)

    Moralité, affranchissons-nous de ces considérations, et recouvrons la liberté … Alléluia !!!

    Question existentielle s’il en est, à méditer.

    à moins bien sûr, que la vérité ne soit pas une carotte, mais ces fameuses chaussettes disparues.

    Auquel cas, la vérité ne serait pas simple (sans déc’) mais plurielle (ouff).

    Mr Smith, tu vas me les rendre ces p… de chaussettes ?

    Je crois que je vais aller me concocter un petit cocktail à base de camomille et d’efferalgant effervescent.

    C’est grave Docteur Deblog ?

    En tout cas, continue de nous faire rire et sourire, même jaune (j’ai lu tes autres sujets). L’humour est la meilleure des thérapies que je connaisse (avec mes cocktails). Vive les médecines douces à titre préventif. :-)

  4. Oh stupeur nous divaguionsur le syndrome de la chaussette orpheline et pensions etres seules a bord. Une idée qui nous sembla lumineuse créer une société de recyclage de chaussettes orphelines. Au cas ou,nous avons consulté Google.fr pensions etre les seules a avoir trouvé cette formidable idée. et stupeur stupeur ! nous n’étions pas les seules :( nous lançons donc une offre d’ouverture en capital chaussette au sein de notre société en cours de formation (on peut toujours rever!)
    On s’est quand meme bien marrées sur ta prose. . . vive le club des chaussettes perdues et bon courage a toutes
    PS : nous n’avons toujours pas trouvé les causes de la disparition sinon cette hpothèse : n’y a t-il pas dans l’air des familles recomposées et donc des valises responsables.
    bon courage.

  5. j’ai pris une grande decision qui va tout changer !
    J’achète les chaussettes non plus par paires, mais par trois !

  6. moi je crois que les chaussettes seules s’en vont au cimetière des éléphants

  7. Ô grand maître Déblog 1er, moi je voudrais te faire part d´un “truc” que j´ai vu dans un magazine, il paraît que l´énigme de la chaussette esseulée est résolue par des “SockFix”, affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *