Le Bourg : Café Théâtre à Lausanne

On se souvient de lieux magiques qui font le charme d’une ville.
Collée au Café Romand, la Librairie Marguerat aujourd’hui remplacée par un kiosque Naville…
Le Théâtre des Faux-Nez à Lausanne, comment a t’il pu disparaître ?
Le cinéma ‘Le Bourg’, fermé, écrasé par les grosses industries du grand écran…

Il y a, aujourd’hui, ‘Le Bourg’, Café Théâtre.

Une sympathique équipe c’est mise à l’ouvrage et à réussit à ressusciter cette salle qui était censée disparaître. Un nouveau lieu qui pourrait rentrer dans l’histoire de la ville de Lausanne si l’administration ne le balaie pas d’un simple coup d’article de loi…

En effet quelques complications sont venues perturber son démarrage. Un programme riche et original c’est vu raccourcis du jour au lendemain à cause d’une histoire de licence refusée…

Il n’existe pas de licence de café-théâtre en Suisse. La seule licence qui puisse correspondre à ce lieu, c’est une licence de discothèque. Alors évidement, ça fait peur aux voisins qui imaginent les mêmes désagréments que ceux que peuvent causer une discothèque. Mais voilà, ‘Le Bourg’, c’est un café-théâtre. La fréquentation de ce genre de lieu, c’est un public varié, de tous milieux et de tous âges. A l’entrée du Bourg, le restaurant ne peut qu’en tirer profit, car le théâtre ne vend que des boissons.

J’ai pu vivre deux soirées au ‘Bourg’ et je ne vois vraiment pas ce qui pourrait créer des problèmes. Même avec des groupes un peu plus branchés techno ou rock, il ne me semble pas que le public vienne dans un pareil lieu pour s’éclater les oreilles ou se défoncer la tête…

Ce lieu manquait à Lausanne. Pour certain d’entre nous, c’est un peu comme une résurrection et pour d’autres plus jeunes, c’est l’occasion de découvrir quelque chose de nouveau sur la place Lausannoise.

Lausanne doit jouer sa carte la plus forte, ‘Le Bourg’… Il doit rester ouvert !

A suivre…

5 Comments

  1. Cher “cause toujours”, je me permets d’émettre un commentaire à votre message poster ici sur le cabaret des faux-nez. Cela m’a fait plaisir de voir quelqu’un s’en souvenir d’autant plus que la dernière fois que j’y ai mis les pieds je devais avoir 5 ou 6 ans. J’ai aujourd’hui une certaine amertume de ne pas pouvoir connaître cet endroit magique. Quant à sa dispariton, il faut s’adresser aux frères Wegmüller qui l’ont vendu pour générer plus de profit. L’argent appelle l’argent.
    “Aujourd’hui les gens connaissent le prix de tout et la valeur de rien” Oscar Wilde

  2. Monsieur Lenoir, vous faites erreur, c’est nous, la famille Duffard-Cosmetto (fondateurs du MAD)qui dirigions les Faux Nez pendant sa dernière période, et cela à perte, mais nous tenions à ce lieu mythique. C’est le le marchand de tapis, propriétaire de l’immeuble, qui nous a mis à la porte sans ménagement, car il paraît que notre entrée sur la Rue de Bourg le gênait…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *